mardi 9 septembre 2014

Poissonnerie Delargillière

C’est dans ce marché couvert au style Baltard, unique en son genre dans le 18ème arrondissement, que la poissonnerie Delargillière s’est établit, une vraie institution depuis 1983. Dans une ambiance familiale et vivante, l’odeur de la mer s’échappe de l’étalage de la poissonnerie pour venir caresser les narines des passants. Sur trois générations de poissonniers, Carole a repris le flambeau de l’affaire familiale en 1998, aux côtés de son compagnon Éric. Avec Marc, leur employé depuis onze ans, le trio maintient la qualité et la rigueur de leurs prédécesseurs.


Poissonnerie Delargilliäre (1) Le stand de la poissonnerie Delargillière au Marché de la Chapelle


Imaginez-vous ici, à l’époque de mon père, les grands étalages comme ceux-ci n’existaient pas. Tous venaient avec leur planche vendre leurs produits.


On ne peut parler de la Poissonnerie Delargillière sans évoquer son fondateur, Gilbert Delargillière. C’est à 14 ans qu’il débute dans le métier, auprès de son oncle, qui le forma ici-même. À 22 ans, il prend un stand au marché de la Chapelle et l’aventure de la poissonnerie commença ! Venus de Haute-Normandie, Gilbert et sa femme ont fait leur carrière ensemble.


Poissonnerie Delargilliäre (11) Carole Delargillière, poissonnière


 Je suis tombée dans la marmite à 6-7 ans ! Dès que j’ai su faire une soustraction, je venais aider mes parents le weekend. 


Pourtant, plus jeune, Carole ne s’oriente pas vers la poissonnerie mais opte pour une école hôtelière. C’est d’ailleurs dans un restaurant qu’elle rencontre Éric, lui cuisinier, elle serveuse. En 1998, Gilbert Delargillière choisit de partir à la retraite et Carole et Éric décident de reprendre le flambeau. En deux ans, Gilbert leur transmet son savoir-faire. Depuis seize ans, la poissonnerie a su garder toute l’authenticité et la qualité des produits qui avaient fait la notoriété de ses prédécesseurs.


La barre était très haute mais nous nous mettons au défi chaque jour de conserver cette qualité. L’authenticité et la rigueur dans le travail sont ce qui nous qualifient le mieux. 


Poissonnerie Delargilliäre (12) Éric, poissonnier


Tous les jours, Éric se rend dès l’ouverture à Rungis pour assurer une fraîcheur continue des poissons et un respect des produits de saison.


On essaie de travailler avec des petits producteurs et on privilégie la pêche française. 


Concernant la traçabilité, les étiquettes sanitaires sont continuellement gardées. « On est toujours dans le vrai.» Carole et Éric informe la clientèle et communique beaucoup sur l’origine de leurs produits.


 On encourage la clientèle à être curieux, c’est important de sensibiliser le consommateur.


Poissonnerie Delargilliäre (6) Beaucoup d’artisans présents sur le marché ont connu Carole étant petite


Les spécialités :


-La découpe du poisson : sushi, sashimi, tartare, carpaccio


-Les bulots car préparés maison


Poissonnerie Delargilliäre (25) Des bulots toujours cuits et préparés par Éric


-Les Maatje (harends de Hollande) prêts à déguster


Poissonnerie Delargilliäre (7) Petit clin d’oeil aux origines belges de Carole


Le poisson est un produit noble.


À 40 et 46 ans respectivement, Carole et Éric  aiment partager leur passion.


On a tous les deux des connaissances en cuisine donc on n’hésite pas à conseiller nos clients sur la cuisson, la préparation et l’accompagnement. 


Ancien chef cuisinier, Éric met sa touche personnelle à la cuisson des langoustines, des tourteaux et des bulots. Et s’ils n’ont pas de laboratoire pour fabriquer les plats de leur partie « traiteur », ils se fournissent auprès de petits artisans, comme la conserverie la Belle-iloise pour ses sardines et ses maquereaux.


Poissonnerie Delargilliäre (8) Des produits faits par des artisans


  


Chaleureux, Carole et Éric sont un exemple pour les futures générations qui choisiront le métier de poissonnier. Toujours une affaire de famille, on peut croiser selon les jours leurs trois filles à l’étalage. Qui sait, la maison pourrait bien voir d’ici une vingtaine d’année une quatrième génération reprendre le flambeau ? Une belle histoire qui continue.


 


Marion Gordien



Poissonnerie Delargillière

Aucun commentaire:

Publier un commentaire